AàA: Appel à Auteurs

Soucieux d'élargir les rangs de son orchestre verbivore, le collectif de poètes dixit est à la recherche de nouvelles voix. Alors, que votre tessiture soit électrique, végétale ou baroque (qu'importe le timbre, pourvu qu'il y'ait ivresse!), n'hésitez pas à vous manifester sur notre boîte mail : collectifdixit@gmail.com ou par voie postale à l'adresse suivante: Service de Gestion des Manuscrits, Association Dixit, 6/8 place du Pont-neuf, 31000 ToULoUSe!

samedi 18 avril 2009

à paraître - dixit n°7







11 commentaires:

Anonyme a dit…

et on se demandait:il sort quand, au juste ce numéro?!!

Anonyme a dit…

c'est moi ou la pochette est vraiment bizarre???

matthieu a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
matthieu a dit…

j'ai envie de dire que c'est toi mais j'en sais rien, ce n'est pas la "pochette" pour sûr mais ...quelle frustration cet anonymat !

Anonyme a dit…

(Justement, parlons-en!
Ce blog manquait cruellement d'anonymat!!! alors, pour votre bien, j'en remet une couche!
-cela dit, je ne le prendrai pas mal si vous estimiez devoir effacer mes commentaires...l'éphémère me plait aussi!
d'autant que la censure me fascine!-
veuillez ne pas en souffrir, bien le salut. ...)

collectif dixit a dit…

censure ? comme tu y vas ! pour un message supprimé sur un blog (quelqu'il soit, ici ou ailleurs) je parlerais plus simplement de modération, et ce sera déjà pas mal.

"censure" me parait un peu fort et déplacé (si l'on pense aux voix qui sont réellement censurées et aux raisons pour lesquelles elles le sont). Qu'en penses-tu Anonyme ?

Anonyme a dit…

En se penchant un peu sur le terme de "censure", tu trouveras rapidement l'odieuse histoire d'Anastasie!
Cruelle femme au main de fer sans le gant de velours qui va avec! La censure est pour moi bel et bien l'action de "découper", voilà tout-résumé.
En qualifiant "modération" ce qui n'est autre que des "ciseaux", tu restes dans l'élan de la censure, cette linguacaedo oeillérique, ce tribunal intrigant qui pousse aux pires déguisements tous les fantasmes qu'il refoule!
En somme, j'exagère un peu (beaucoup) mais voilà-voilà ce que la censure est pour moi: une ignominie innommable et néanmoins acceptable!
Je ries, j'en ai déjà trop dit.
bien le salut.(question tu poses, réponse tu as...)

Anonyme a dit…

C'est dommage. J'aurais bien voulu le lire son message, d'autant plus qu'il a été supprimé, donc censuré. Ca serait pas ça la censure justement, la modération? Qu'en pensez vous collectif dixit, et toi anonyme? Peut être ais- je tort, mais je suis de ceux qui pensent que si la littérature, en France ou ailleurs, s'était arrêté à un quelconque devoir de réserve (la modération) on serait tous en train de lire du Ronsard. On ne fait pas de littérature avec de bons sentiments, je m'excuse de rappeler ce vieux cliché. Alors la modération, personnellement ça m'emmerde.

matthieu a dit…

les anonymes commencent à se mordre la queue ! faut arrêter ! personne n'a censuré personne ! le seul message qui a été supprimé c'est moi justement, parce qu'il y avait des fautes tout simplement ! et sinon vous sauriez parler poésie ? ne vous forcez pas !

Anonyme a dit…

dis donc, ça ne rigole pas avec toi Matthieu!! allons, allons, on est viré pour non-poèsie, pour inconsistance intellectuelle, pour trisomie partielle mais trop fortement prononcée?? c'est ça?
j'ignorai qu'il y avait des rêgles strictes sur ce blog..
on s'est mordu la queue!
perso, j'ai rien senti...
je suis même plutôt détendu du bulbe, certain l'auront remarqué, d'autres devraient en prendre note.
c'est de la grosse poèsie là, non?

Anonyme a dit…

je pense que matthieu n'apprécie pas les jouissances un brin perverses de l'anonymat. C'est dommage car le débat sur la modération et la censure est intéressant. Poétes vos papiers!!!!!!